Se représenter le Web : image mentale et compréhension du sens

Cela fait quelques années que je parle du Web à mes élèves de collège dès la 6° et que j’essaie de leur faire comprendre ce qu’est le Web.

Or, comprennent-ils seulement le mot « Web ». Quand j’écris « comprendre », je devrais en fait écrire « imaginer ».

Prenons par exemple le « pain ». Quand je dis/écris « pain », tout le monde pense à une image à peu près identique, à un goût et à un toucher à peu près similaires et à une odeur familière. La représentation visuelle active la représentation sémantique du mot. Cette représentation sémantique est un support de sens dont les élèves du second degré ne peuvent se passer.(Langues, culture et images mentales, Jean-Marc Dufour, IUFM de Lorraine)

« 7 à 12 ans : stade des opérations intellectuelles concrètes : les mots ne peuvent être compris que par le support de l’évocation mentale sémantique : comprendre à cet âge, c’est imaginer, sinon percevoir. La démarche cognitive est avant tout inductive. Le pédagogue doit vérifier si sous les mots se cache l’image mentale des référents et si cette image est correcte.

La langue est porteuse de sens. Elle doit permettre aux locuteurs l’évocation d’images mentales (ou représentations sémantiques). Ces représentations évoquées doivent être partagées entre les sources de langages et les récepteurs pour qu’il y ait compréhension du sens. »

Or, les élèves utilisent Internet de plus en plus tôt, surfent sur le Web sans le savoir, mélangeant Internet et Web et Google. Internet peut être montré, touché, senti, voire même goûté car c’est un réseau identifié par un câble, un objet matériel, ce qui n’est pas le cas du Web.

« Or, si le mot dit ou écrit n’évoque aucune représentation sémantique, il est in-signifiant. Le signifié est la représentation mentale du référent. Cette représentation est le support du sens. »

Pour les enfants, voir, c’est comprendre, ce qui explique aussi cette attirance pour Google Images, y compris lorsqu’ils ont une recherche à réaliser sur Ulysse.Il faut donc être particulièrement attentifs à la compréhension des élèves peu imageant.

« Les enfants préfèrent les images aux textes car l’image est la preuve matérielle de l’identification correcte du sens des mots. L’effort à fournir pour en extraire du sens est moindre que dans le cas lexical. »

En Juin 2014, j’ai fini ma progression EMI en 6° par la création de pages Web enrichies et par la création d’un site Web avec réflexion autour de son architecture et des mots-clés nécessaires à un bon référencement …  mais ont-ils au moins compris le mot « Web »? On aborde aujourd’hui l’EMI par les 3C de Divina Frau Meigs (Compréhension, Critique, Création) mais il ne faut pas oublier l’importance des mots et de leur compréhension.

J’ai donc demandé à mes élèves de sixième, lors de la dernière séance de l’année scolaire 2013-2014, de dessiner le Web. Je ne peux malheureusement pas analyser l’évolution de leur représentation car ils n’ont pas fait le dessin avant mes séances mais l’analyse me permet de « voir » ce qu’ils ont « compris » et aussi de constater que les élèves ont besoin d’associer le Web a des mots, que la réflexion sur l’usage des champs lexicaux du vocabulaire du Web avec les élèves leur a été bénéfique afin de les aider à se créer une image mentale du Web. Une grande majorité d’élève s’est appropriée les images que je leur avais proposé durant les séances.

Bilan sur ce qu’ils imaginent dans la forme

16 % des élèves n’ont écrit que des mots

17 % des élèves ont dessiné ce qu’ils voient lorsqu’ils vont sur le Web (images perceptives)

69 % des élèves ont dessiné ce qu’ils imaginent

Bilan de ce qu’ils imaginent dans le fond

79 % des dessins contiennent des mots (« Web » est écrit dans 46% des dessins)

45% des élèves -> le Web est associé à l’ordinateur ou à un écran ou à un navigateur

26 % des élèves ont dessiné leur environnement numérique

31% des élèves -> le Web est un processus ou une action

45 % des élèves -> le Web est associé au cercle

dont 19% des élèves -> le Web est associé à la Terre

La représentation mentale est ce qu’on perçoit à un moment T. Ces dessins sont donc une image fixée à un moment précis,

Cliquez sur l’image pour accéder aux dessins et résultats

image web

Pour aller plus loin :

Images mentales Jean Piaget

Les représentations mentales expliquées

Publicités

13 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Raph dit :

    Merci pour cet article, vraiment très intéressant ! Ne pensez-vous pas, dans votre expérience, qu’une « éducation aux médias » dès l’école primaire amènerait les enfants à mieux cerner et affiner au fur et à mesure leur conception mentale du Web (et du reste) ?

    J'aime

    1. bonjour
      Il me semble que parler aux élèves du Web et du réseau Internet demande au préalable à ces mêmes élèves d’avoir un peu d’expérience et de recul sur ce qu’ils y font. Certains élèves découvrent le réseau Internet en fin de primaire. On ne peut pas leur demander d’avoir du recul sur leurs pratiques s’ils ont peu de pratiques. De plus, certaines écoles ont très peu d’ordinateurs à mettre à disposition de leurs élèves. Une éducation au média Internet nécessite, à mon sens, un équipement informatique (sans parler du très haut débit partout) minimum qui permette à chaque élève de « pratiquer l’espace Web » plusieurs fois dans l’année. Voir n’est pas suffisant.
      Pour vous répondre, je suis d’accord avec vous à condition que toutes les écoles soient dotées de façon égalitaire en postes informatiques et en très haut débit (la fibre optique dans l’idéal …) pour que dès le CM1 une éducation au média Internet puisse être amorcée.
      L’autre condition, à mon sens, est que tous les professeurs des écoles et professeurs du second degré prennent conscience que l’usage du Web ne va pas de soi (recherche d’images et d’information textuelle demandée à des élèves sans apprentissages en amont) mais nécessite des compétences et connaissances à acquérir dès que les élèves ont la maturité suffisante pour comprendre et pratiquer.
      Aline Bousquet

      J'aime

      1. Pégé dit :

        Bonjour,

        Article très intéressant, mais ne pensez-vous pas que si l`on utilisait le joli et très descriptif mot bien français ¨la Toile¨, au lieu de cet acronyme anglais vide de sens en soit, que les jeunes auraient plus de facilité à en comprendre la vraie signification et de son utilité en informatique !

        http://fr.wikipedia.org/wiki/World_Wide_Web

        Au plaisir,

        Pégé
        Saguenay, Québec

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s