Progression EMI 6° de 2015-2016

Cette année, je suis dans l’emploi du temps des 6° à raison d’une heure par semaine par demi-classe pendant le 1er trimestre uniquement (à ma demande). Je prendrai les 5° en fin d’année afin de compléter leur formation en EMI sur l’Identité Numérique.

Voici le document que je distribue en tout début d’année aux élèves de 6°. Celui-ci leur permet de suivre l’évolution des cours mais également de cocher ensemble ce qui a été appris après chaque séance.

6- ce que j’apprends en 6° en EMI 2015

Les compétences sont organisées en fonction de la culture informationnelle, médiatique, numérique et citoyenne.

Les évaluations :

Après pratiquement chaque séance, une évaluation me permet  de suivre l’évolution de chaque élève grâce à la trace laissée dans Sacoche (application intégrable dans l’ENT). Les évaluations pourraient être de simples exercices mais alors je n’aurais pas de trace de leur réussite ou échec. Les évaluations consistent à vérifier qu’ils ont bien compris les notions et connaissances travaillées durant la séance mais aussi qu’ils savent les réinvestir. Ils ont le droit d’avoir la leçon sous les yeux s’ils hésitent. Très peu le font.

Une grande partie des évaluations se fait en situation : je laisse à l’élève la possibilité de se corriger seul sans le pénaliser. J’évalue beaucoup les « manipulations » sur ordinateurs : je détermine les élèves qui effectuent les tâches lors des RI sur Internet pour les évaluer in situ. La semaine suivante, j’évaluerai les autres élèves sur les mêmes compétences mais avec une autre tâche à réaliser.

L’année dernière par exemple, j’avais porté beaucoup d’importance aux compétences suivantes :

  • Je sais reconnaître un lien hypertexte (modifier cet année en « signe passeur », terme plus générique)
  • Je sais naviguer dans un site Web
  • Je sais où trouver des informations sur les auteurs des sites Web (mentions légales, « qui sommes-nous »…)
  • Je sais utiliser les clés d’accès à l’information dans un site Web (sommaire, moteur de recherche interne, titre, sous-titres …)
  • Je sais relever les informations pertinentes
  • Je sais évaluer la pertinence de l’information

Cependant, j’avais les 6° sur l’année entière une semaine sur deux, donc avec plus de contenu que cette année.

Les séances de cette année sont :

6-1 : Je suis autonome au collège ; je sais où trouver les informations

6-2 : Je sais utiliser la cote d’un livre en fonction de sa nature

6-3 : Je sais utiliser les clés d’accès à l’information dans un document papier

6-4 :  Je connais la différence entre Internet et le Web

6-5 : Je sais ce qu’est un site Web, son architecture et son adresse URL

6-6 : La page écran : Zones et clés d’accès à l’information

6-7 : Le droit d’auteur (avec recherche d’images libres via Google images) (inclus dans le programme CESC du collège)

les 2 ou 3 h restantes (selon les classes) : pédagogie de projet. Les élèves auront a effectué une recherche d’information sur l’histoire d’Internet. Ils devront lister toutes les difficultés rencontrées, les erreurs commises  …. puis nous réfléchirons aux solutions à apporter pour éviter les erreurs (avec explication du fonctionnement d’un moteur de recherche, pertinence de l’information, fiabilité de l’information, comment évaluer …)

Un court bilan

Au fur et à mesure de la rédaction de mes articles, je créerai des hyperliens via cette page.

Publicités

45 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Dany GERENTES dit :

    Bravo pour cette progression, mais je me demande comment traiter tout cela en un trimestre seulement ! De mon côté, je vois aussi les classes de 6e en groupe mais jusqu’à fin janvier (1 semestre), ce qui représente 9 séances par groupe (si toutes sont maintenues, car il y a toujours des stages, sorties, etc), et j’envisage une progression bien plus modeste. L’an dernier j’avais déjà bien écourté la partie « classement des docs », je passe bcp plus vite sur les cotes et la Dewey, et j’ai supprimé carrément la séance sur sommaire/ index/ glossaire, pour garder suffisamment de séances sur le vocabulaire du numérique et l’internet responsable. Et j’ai trouvé que ça passait beaucoup trop vite ! Cela dit je n’ai pas non plus envie de maintenir le cours toute l’année, même s’il y aurait de quoi occuper 20 heures sans problème !

    J'aime

    1. Bonjour

      tu auras la réponse au fur et à mesure que je posterai mes séances. Je n’aborde pas la Dewey. Concrètement, à quoi cela sert à des 6° qui étaient en cm2 quelques mois auparavant de savoir que mes docs du CDI sont classés selon un classement appelé Dewey ou CDU ou Kway ??? J’ai découvert ce classement lorsque j’ai étudié pour le CAPES. La dewey est une connaissance pour les profs docs à mon sens. Cela me fait penser à un chercheur qui m’a dit un jour « les profs docs veulent former de futurs profs docs et ils se trompent ». Je pense qu’il a raison et qu’il faut savoir mettre de côté ce qui est culture professionnelle pour être prof doc et culture indispensable aux futurs citoyens que nous avons en face de nous.

      J'aime

      1. Angelina NAGAMOOTOO dit :

        Bonjour Aline,
        merci beaucoup pour ce partage qui permet de faire le point soi meme sur notre propre manière d’enseigner actuellement l’EMI !
        Je retrouve certaines de mes préoccupations dans ta progression, mais je les mettais auparavant en 4e, voire 3e! D’où mon interrogation quant au contenu des autres niveaux… Par contre, cela me fait m’interroger, car cela a tout de même du sens. Quant à enseigner la DEWEY, je pense que poser aux élèves que dans toute structure de connaissance et d information – bib universitaire, mediathèque, ils doivent aussi pouvoir se repérer physiquement, voilà plutot ce que j’attends d’eux plutot qu une connaissance encyclopédique… La DEWEY donc comme forme de repérage dans tout lieu de culture et de connaissance. A moins que juste savoir lire une signalétique – bien faite! soit le propos… J’attends avec impatience tes nouveaux posts 🙂

        J'aime

      2. c’est ce qui me questionne : le contenu des enseignements d’hier doit-il être le même aujourd’hui ? Les projets de programme (sont ce qu’ils sont mais ils sont là ! ) nous entraînent vers d’autres choses. Tout le monde n’a pas la Dewey dans son CDI. Il me semble en effet que le plus important est de comprendre que la connaissance doit être structurée, ordonnée pour être rendue accessible (dans un CDI, bibliothèque mais aussi via un moteur de recherche …. et dans leurs travaux scolaires). Cela me fait penser à la mission de Google : « organiser les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous ». Les années précédentes, je les faisais réfléchir à ce que cela signifiait et je faisais le parallèle avec tous les livres du CDI classés pour les rendre accessibles et utiles par tous.

        Je ne détaille pas tous mes propos dans l’article car j’ai peur d’ennuyer mais j’insiste lors de la séance sur l’importance de classer les livres en fonction des connaissances contenues. On ne peut avoir un livre sur les baleines à côté d’un livre sur le tennis et d’un livre sur le Moyen-Âge sous prétexte que les auteurs ont presque le même nom (les 3 premières lettres du nom de famille identique). Ils comprennent parfaitement cet exemple.
        Cependant, la Dewey n’est pas, pour moi, un objet de connaissance en soi car je n’ai pas pour objectif de former de futurs profs docs mais de futurs citoyens. Je préfère passer plus de temps sur des compétences et connaissances plus transversales et transférables à d’autres tâches.
        Au plaisir de lire ton commentaire sur le prochain article …

        J'aime

      3. Angelina NAGAMOOTOO dit :

        Oui, Aline, nous sommes sur la même longueur d’onde, j ai du mal m exprimer. Ravie de voir qu’enseigner l’information-documentation amène à faire réfléchir et se positionner, expérimenter et prendre conscience de… pour mieux transférer et réinvestir!

        J'aime

      4. Dany GERENTES dit :

        Je me suis peut-être mal exprimée : Je n’ai jamais ‘enseigné’ la Dewey bien sûr ! Simplement j’explique pourquoi certaines cotes sont alphabétiques et d’autres numériques, pour qu’ils comprennent un peu comment les espaces s’organisent au CDI, et pour qu’il puissent retrouver en rayon un document dont ils auront relevé la cote sur E-sidoc… (Sans nommer forcément Dewey ou CDU, le classement numérique par thèmes est un principe universel il me semble) Et ça va aussi avec la notion de document=support d’information.
        Mais évidemment on est un peu forcé d’aller très vite pour passer à l’EMI proprement dite….

        J'aime

      5. J’avais bien compris que nous faisions la même chose, y compris avoir l’impression de courir après le temps …

        J'aime

    1. Bonjour

      Je n’aborde pas les règles de vie au CDI durant ma séance mais le jour de la rentrée de tous les 6°. Chaque classe est amenée par son prof principal au CDI où j’explique ce qu’est lieu, dans quel cadre y aller, combien de livres emprunter durant combien de temps, les règles de vie (qui sont les mêmes que celles du collège), qu’on se verra dans le cadre de séances avec moi seule et avec des professeurs de discipline.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s