6-8 Rechercher, se tromper, y remédier

Cette séance de deux heures est la dernière de la progression EMI en 6° de 2015-2016.

Elle consiste à rechercher des informations sur l’histoire d’Internet. Officiellement.

En fait, elle consiste à mettre des élèves de 6° en activité de recherche sur le Web, à les laisser se tromper pour pouvoir réfléchir ensemble sur leur erreurs et trouver des moyens de ne plus les faire.

6-8 RI histoire d’internet

Pour ces deux dernières heures, j’avais des envies qui se bousculaient : la société Google, le fonctionnement d’un moteur de recherche, la page de résultats, l’évaluation de l’info (adaptée à des 6°), le stockage en ligne des pages Web … mais deux heures uniquement. J’ai donc inversé ma réflexion : de quoi les élèves ont-ils besoin de façon urgente pour aborder cette année de 6° et, pour la majorité, des recherches d’informations sur le Web en autonomie pour la première fois.

La séance a donc été construite en fonction de leurs pratiques et erreurs observées ces dernières années. Les élèves doivent prendre conscience qu’ils rencontrent des obstacles pour pouvoir les franchir …. oui mais à condition qu’ils identifient ces obstacles.

 

Séance 1

6-8 page 1

Activité 1 : Je réfléchis à mon sujet de recherche

Les élèves écrivent les mots-clés de leur sujet de recherche ce qui permet de faire un rappel de la séance 6-3 sur les clés d’accès à l’information. C’est l’occasion d’aborder le choix des mots-clés : le sujet est « histoire d’Internet ». On peut utiliser des synonymes : naissance, création, invention … Il n’y a pas de solution figée, que des possibilités à essayer. La carte mentale du questionnement permet de se poser des questions dont les réponses devront être recherchées. C’est une sorte de balisage pour ne pas se perdre dans la recherche.

Activité 2 et Activité 3 :  les élèves sont en activité de recherche par binômes et réalisent un document de collecte. J’ai différencié ces deux activités dans la présentation des consignes, ce qui est une erreur. L’une ne va pas sans l’autre. Le document de collecte dans cette séance a plusieurs objectifs :

  1. les aider durant leur lecture hypertextuelle à garder la trace de leur navigation (pensée spatiale)
  2. mieux recontextualiser les phrases et paragraphes copiés-collés et de fait, décontextualisés de leur source première
  3. à prendre conscience de certaines erreurs et réussites dans leur processus de recherche en étant face à leurs résultats (ou absence de résultat)

Activité 4 : souligner les informations pertinentes : c’est en trop.

Ils avaient une consigne très importante : noter tous les problèmes, doutes, questions rencontrées lors de la recherche en sachant dès le début qu’on travaillerait dessus lors de la prochaine séance.

Auto-évaluation de leur recherche à la fin de la séance 1 utilisée ensuite lors de la séance 2.

Séance 2

6-8 page 2

Tous les documents de collecte ont été imprimés à la séance 1. Certains élèves n’en ont pas car ils n’ont rien trouvé (même pas la date de création d’Internet). Pourtant, ils affirment n’avoir rencontré aucun problème durant leur recherche. Je leur ai posé la question : si vous n’avez pas eu de problème, pourquoi n’avez-vous aucune réponse ? La prise de conscience dont je parlais au tout début de l’article a débuté grâce à cet échange et non pas grâce à l’absence de réponse aux questions.

Nous avons ensuite cherché les réponses de chacune des questions que je posais en fonction de leur document de collecte sous les yeux. Certaines réponses ont nécessité un temps de verbalisation assez long que je n’ai pas retranscrit dans cet article. J’ai laissé les élèves trouver des réponses seuls, des fois mêmes échangeant entre eux mais aussi, certaines fois, en les mettant face à leurs contradictions.

Mon document de collecte est-il long ? 

Proposition des élèves : il faut lire toute l’information dans la zone texte et ne prendre que l’information utile

Ai-je toutes les réponses à mes questions ? 

Proposition des élèves : Je souligne les réponses sur mon document papier ou je liste les réponses trouvées aux questions sur une feuille de brouillon.

On vérifie à ce stade les réponses trouvées sur l’histoire d’Internet. J’explique le contexte (guerre froide) et les sensibilise au terme de « démocratisation » puisque eux, en 6°, ont le droit aujourd’hui d’utiliser ce réseau créé à l’origine par des chercheurs pour des chercheurs.

Est-ce que je comprends toutes les informations copiées ?

Proposition des élèves : Si ce n’est pas le cas, je change de site Web

En fait, cette réponse n’a pas été évidente. Beaucoup d’élèves n’ont pas eu l’idée « d’aller voir ailleurs », de changer de source. Je leur rappelle que parmi les milliards de pages Web, il y en a toujours une plus adaptée à leur niveau scolaire.

Ai-je vérifié si l’auteur de l’information est un expert ?

Aucun élève n’a pris le temps de le faire. Cette question fait échos à la séance sur les zones de la page Web dont la zone auteur et sur l’évaluation de l’information Web comparée à l’information sur support papier.

Ma proposition : JE PRENDS LE TEMPS (en majuscule sur leur feuille) de rechercher la zone auteur pour vérifier si l’auteur précise s’il est expert ou non. Je leur explique qu’une recherche sur le Web doit être double : on recherche la réponse mais aussi qui a rédigé la réponse.

Ai-je cliqué sur le 1er site Web proposé par le moteur de recherche ?

Rapide sondage : la moitié en moyenne. Cette question fait échos à un problème rencontré par les élèves et noté dans l’encadré du bas de la page 1 :  Wikipédia était en 1er résultat de la page de résultats de Google or, les articles sont longs et compliqués pour des 6°. Certains sont restés sur le site malgré tout et n’ont pas eu l’idée de changer de site (comme si cette possibilité était interdite. Voir question 3)

J’ai utilisé cette question pour montrer le schéma et la vidéo du fonctionnement d’un moteur de recherche de Claire Cassaigne afin que les élèves comprennent que le 1er site proposé n’est pas toujours le plus pertinent, que la « machine » affiche des résultats mais que leur cerveau doit faire le reste : trier, sélectionner.

Ma proposition : Je lis d’abord toute la page de résultats avant de sélectionner un site Web : titre / adresse URL / description.

Autres remarques : espace permettant de répondre aux problèmes rencontrés et notés par les élèves lors de la recherche. Principalement, les élèves ont noté que certains sites étaient trop compliqués, trop longs. Certains proposaient même des réponses fausses avec Internet en titre et Tim Berners Lee en créateur. Certains ont noté aussi la difficulté dans le choix des mots-clés: « création Internet » ne donnait des résultats que sur la création de site Web … d’où l’importance d’essayer un synonyme, de tester. (démonstration faite devant les élèves au vidéoprojecteur avec le mot « père noël » qui ne donne pas les mêmes résultats que « papa Noël »)

J’ai tenté (ai-je réussi ?) de faire comprendre aux élèves qu’il n’existait pas de formule mathématique pour effectuer une recherche d’information réussie mais qu’il s’agissait d’essais successifs, de retour en arrière … d’erreurs, que trouver la bonne réponse en un seul clic était impossible et que leur réflexion était donc très importante. Oui, une recherche d’information sur le Web est longue.

Advertisements

6 commentaires Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s